LE FIGARO MADAME : Engagement pour la parité et signature du manifeste remis à la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol

reunion-de-comite-executif

Parité : 150 dirigeants réclament plus de femmes dans les comités exécutifs
L’Agence pour l’entreprenariat féminin s’engage et signe le manifeste remis le 30 juin à la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol

 

Exclusif – Le manifeste du réseau PWN Paris, que nous publions en exclusivité, réclame la parité dans toutes les strates dirigeantes des entreprises d’ici 2020.

En 2011, la loi Copé-Zimmermann jetait un pavé dans la mare en exigeant que les conseils d’administration soient composés de 40% de femmes d’ici 2017. Dans le viseur : les entreprises du CAC 40, de plus de 50 millions d’euros de chiffres et de 500 salariés.
La contrainte a porté ses fruits. Le nombre de femmes a triplé autour de la grande table des sociétés du CAC 40 pour atteindre plus de 33,3% en 2015, d’après le palmarès 2015 de l’Observatoire Ethics&Boards sur la féminisation des instances dirigeantes.
Mais hors des zones soumises aux quotas, la parité n’a pas le vent en poupe. Dans les comités exécutifs, l’autre organe décisionnaire clé des grandes entreprises françaises, les femmes ne représentent que 14,5% des sièges.

Dirigeants, managers et entrepreneurs, près de 150 hommes et femmes ont répondu à l’appel du réseau professionnel féminin PWN Paris pour réclamer plus de parité au sein de toutes les strates dirigeantes. Parmi eux : Mercedes Erra, cofondatrice de l’agence BETC et présidente exécutive de Havas Worldwide. En exclusivité, nous publions leur manifeste, remis jeudi 30 Juin à la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol.

 

Le manifeste

Pour que l’équilibre femmes-hommes demeure un objectif collectif de chaque instant, au bénéfice de notre société, de notre culture et de notre économie

Le chemin parcouru par la France ces dix dernières années en matière d’égalité femmes-hommes est réel. La loi dite « Copé-Zimmermann » a sans aucun doute favorisé une prise de conscience collective et génère des résultats probants : le nombre de femmes dans les conseils d’administration des sociétés du SBF 120 dépasse maintenant 30% et l’objectif de 40% en 2017 devrait être atteint.

Le risque existe cependant de se satisfaire collectivement de cette mesure forte et ultravisible, qui place la France dans un rôle de modèle. Car au-delà des conseils d’administration, le compte n’y est pas.

La présence des femmes dans les instances exécutives de direction reste très en retrait (14%) et ne progresse pratiquement pas. Aujourd’hui, au sein du CAC 40, seuls deux groupes sont dirigés par une femme. Cette situation montre qu’au-delà des causes de discrimination connues et reconnues, les entreprises françaises manquent encore de volonté stratégique pour faire réellement progresser la parité dans leurs instances, et ceci dès le mangement intermédiaire.

La parité, partout, dès 2020

Nous, signataires de ce manifeste, considérons que l’esprit de la loi « Copé-Zimmermann », première pierre hautement symbolique de l’édifice de la parité femmes-hommes encore en construction, doit être ravivé et cultivé à tous les niveaux de notre société.

Nous, signataires de ce manifeste, nous engageons notamment pour que la parité dans les comités exécutifs soit une réalité et pour que nos entreprises se fixent comme objectif stratégique d’entretenir et consolider leur vivier de femmes, en les accompagnant tout au long de leur parcours professionnel jusqu’aux plus hautes fonctions de gouvernance, et ce au profit de toute notre économie.

Nous, signataires de ce manifeste, nous engageons à mettre en œuvre, chacun et chacune à notre niveau, les actions et process permettant d’atteindre la parité à tous les niveaux de nos entreprises existantes d’ici 2020 (comités exécutifs, cadres supérieurs, cadres, salariés), mais également au sein de nos futures entreprises en soutenant l’entrepreneuriat au féminin.

Nous, signataires de ce manifeste, appelons solennellement l’État, les collectivités territoriales ainsi que tous les acteurs de la société civile à s’engager plus avant pour que l’évolution professionnelle des femmes se fasse à égalité avec celle des hommes. »

 

Les signataires du manifeste

Mercedes Erra (Fondatrice BETC, présidente exécutive de Havas Worldwide), Véronique Bourez Bordat (Coca-Cola), Marie-Jo Zimmermann (député LR), Evelyne Kuoh (HEC au féminin), Miren Bengoa (Comité ONU Femmes France), Goretty Ferreira (Agence pour l’entreprenariat féminin), Emmanuel Schneider (Cisco), Maria Garrido ( Havas Media Group), Viviane de Beaufort (Essec), Rachel Milutinovic (PepsiCo), Solenne Bocquillon-Le Goaziou (Shell), Emmanuelle Scelles (BNP Paribas), Hanane Imbert (Harp Communication), Carol Lambert (Deloitte), Vera Remans (Total), Emmanuelle Gagliardi (Connecting Women), Aurélie Jean (Bloomberg), Christel Varenne (Accenture), Vanessa Vincent (Girlz In Web), Isabelle Mounbier-Emeury (AP-HP), Brigitte Longuet (Fédération Femmes Administrateurs), Martine Van Went (AMV Talents), Céleste Choné (Safran), Françoise Huguet Devallet (Femmes Business Angels),Véronique Préaux-Cobti (Diafora), Evelyne Bourderioux (Nware), Anne Navez (Votre-Administrateur France Belgique), Pierrette Doz-Perdrix (INSEAD)…
> Consultez la liste complète des 150 signataires du manifeste

 

Source : Le Figaro Madame – Lucille Quillet

Articles associés

Réagir à cet article